• Un peu d'histoire

    C'est souvent sous forme de paillettes mais aussi sous forme de pépites ou de "grains" que l'on peut rencontrer l'or dans le sable des rivières françaises. L'or est largement distribué dans les cours d'eau français, mais il est possible de distinguer trois secteurs aurifères importants par leur étendue et leur richesse. Ce sont : les Pyrénées, la bordure sud-est du Massif Central (Cévennes) et le Massif Armoricain. A ces grands districts, il faut ajouter le Limousin, quelques rivières du Puy-de-Dôme, du Cantal, la plaine du Rhin, la Savoie et le Rhône. Du point de vue historique, durant l'époque Gauloise le territoire "français" était extrêmement réputé pour sa richesse en or. On parlait même de "Gallia Aurifera". Les archéologues ont découverts de nombreuses preuves comme quoi les gens de l'époque cherchaient activement l'or dans les rivières et dans les sols. Par la suite, durant le moyen-âge, il semble que la recherche de l'or n'était plus devenue une priorité car il n'existe que très peu de référence à cette activité selon les spécialistes de l'époque. C'est durant le 18ème siècle que les chercheurs d'or ont été les plus nombreux. A ce moment ils étaient extrêmement actifs dans toutes les régions connues en mentionnée au début de cet article (heureusement qu'ils n'avaient pas encore de détecteur de métaux, il faut bien qu'il nous reste quelque chose à trouver encore). Puis en 1810 la situation changa car il était nécessaire d'obtenir une patente royale afin de pouvoir chercher de lor, cette pratique engendra un véritable frein. C'est uniquement au début du 20ème siècle que chercher de l'or est devenu une forme d'activité de loisir. Jusqu'à présent seul l'orpaillage était utilisé par les amateurs, car ce n'est que récemment que le marché a commencer à proposer des détecteurs de métaux spécifiques à cette activité. Source : http://www.geopolis.fr


    Tags Tags : , , , , , ,